Discours du Conseil concernant la motion sur le Château Laurier

Lors de la séance du Conseil municipal du mercredi 10 juillet, les conseillers municipaux ont finalement voté contre la révocation du permis patrimonial du Château Laurier par 14 voix contre 9. Le conseiller King a été l’un des 9 conseillers qui ont voté en faveur de la révocation du permis patrimonial. Vous trouverez ici la vidéo ainsi que le texte de son discours sur la motion présentée au Conseil.

 

[Traduction] « Merci, Monsieur le Maire, je voterai en faveur de la révocation du permis patrimonial pour l’immeuble du 1, rue Rideau.

Bien que ce soit pour les propriétaires du Château Laurier une occasion fantastique d’agrandir leur propriété et d’élargir leur gamme de services, il faut reconnaître que l’architecture de style boîte à chaussures de leur annexe ne s’intègre pas harmonieusement au bâtiment existant et qu’elle ne convient pas pour le site étant donné l’importance de ce bâtiment dans l’histoire de la ville et sur le plan national.

Pour la plupart des gens, ce bâtiment est significatif. Je peux dire que je suis tombé amoureux de cette ville, de notre ville, lorsque j’ai fait mon premier voyage dans la capitale nationale en 1986. J’étais enfant à l’époque, fils d’un employé de chemin de fer, et je me souviens que nous avons séjourné au Château Laurier avec mes parents. Les résidents de mon quartier, qui sont fort attachés à cet élément phare de la ville, ont vivement réagi et ont exprimé leur opposition quasi unanime à l’annexe. Certains l’ont même qualifiée de monstrueuse, de construction massive qui ne convient pas, de terrible fléau, de vandalisme architectural sans oublier le commentaire que j’ai préféré : “une femme majestueuse affligée d’un goitre” [traduction].

La plupart des résidents du quartier ont fait remarquer que la dernière version du concept est loin de respecter les normes universellement reconnues pour un bâtiment annexé à un bien patrimonial. Mais bien sûr, le Château Laurier n’est pas n’importe quel bien patrimonial. Les résidents y voient un exemple des plus éloquents de l’iconographie canadienne; il est si important qu’il a déjà orné le verso du billet de banque canadien en 1973.

Les résidents s’attendent à ce qu’une propriété de cette envergure soit traitée adéquatement, c’est‑à‑dire que l’on rende hommage à son histoire, à ses attraits et à son caractère. Par conséquent, les résidents que j’ai consultés considèrent que ce projet est une farce. Ils ont également mentionné que cette question ne concerne pas seulement le Château–Laurier, mais elle témoigne également de l’influence indue que les promoteurs exercent sur notre Ville. Je crois que nous devons écouter les résidents lorsqu’ils prennent la parole, mais nos décisions en matière de zonage et d’aménagement ne peuvent être fondées uniquement sur l’émotion pure. Elles doivent être basées sur des politiques.

Selon la politique de la Ville, l’agrandissement proposé du côté nord du Château Laurier est non seulement incompatible avec la structure existante, mais aussi avec le contexte patrimonial du site, qui se trouve à proximité de la Colline du Parlement, du marché By, du parc Major Hill et du canal Rideau, qui a été classé comme un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Étant donné la fragilité de cet espace prééminent dans la capitale nationale, il est important que tout aménagement proposé soit approprié à l’emplacement. La conception du bâtiment proposé dans sa forme actuelle est incompatible avec les aspects historiques de la Cité parlementaire, qui sont décrits dans les lignes directrices de Parcs Canada. De plus, le concept ne répond pas aux trois conditions qui devaient être remplies avant l’approbation du plan :

  1. Le nouveau concept ne prévoit pas une utilisation suffisamment accrue du revêtement en calcaire de l’Indiana sur la surface extérieure du bâtiment pour réduire le contraste et favoriser l’harmonie avec le bâtiment existant.
  2. Le nouveau concept ignore la riche palette de formes qui caractérisent le Château Laurier dans son état actuel et n’inclut aucun de ces éléments.
  3. Le nouveau concept n’intègre pas de motifs, de détails ou de proportions géométriques qui rappellent spécifiquement les éléments existants du bâtiment.

Compte tenu du non-respect de ces conditions, les membres du Conseil municipal doivent agir à titre de gardiens consciencieux et informés du patrimoine et non pas en tant que fonctionnaires inconscients du processus.

D’innombrables professionnels du patrimoine nous ont dit que les conditions du permis patrimonial n’ont pas été respectées. Ils nous ont également fait savoir que le propriétaire de l’immeuble n’avait pas tenu compte de la valeur élevée que lui accorde notre communauté. Ainsi, pour un élément si emblématique et si cher, j’estime que le Conseil ne devrait jamais être investi de pouvoirs délégués et je crois qu’il est temps qu’il reconnaisse cette erreur et qu’il la corrige.

Par conséquent, je voterai en faveur de cette motion visant à annuler le permis patrimonial et la délégation des pouvoirs au personnel de l’urbanisme. »

Connectez-vous avec nous

Adresse courriel : info@rawlsonking.ca
Téléphone : 613-580-2483
Adresse : 110 Laurier Ave W, Ottawa, ON, K1P 1J1